Vous êtes dans : Accueil > Action sociale > Mission handicap > La vie sociale de la personne handicapée

La vie sociale de la personne handicapée

Il reste difficile de traiter du problème social de la personne handicapée tant toute la problématique liée au handicap représente un ensemble de besoins qui seront à traiter de façon individuelle. Cependant de nombreux dispositifs et structures existent, et sont capables de répondre à des besoins très particuliers.

La ville de Wattignies avec son CCAS travaille déjà avec de nombreux partenaires tels que la Maison Départementale du Handicap, le CAVA et bien d’autres entités. Son rôle sera d’ailleurs précisé à nouveau lors de l’élaboration de la charte, ainsi que la nomination d’un référent.

Depuis le début de nos travaux des contacts se sont établis et s’établiront encore avec des structures proches de notre commune dont Eollis plus particulièrement sensibles à l’autonomie de la personne âgée et qui intervient dans de nombreux domaines allant de la proposition de services, de l’aide à domicile.

Les Papillons Blancs très actifs s’intègrent au dispositif en nous proposant une ouverture sur les différents établissements qui découlent de leurs activités. Présents dans de nombreux domaines, nous les remercions pour leur collaboration et les échanges qui ont déjà été les nôtres. Votre présence sur le territoire de Seclin, avec un CAT, un SSED ( service d’éducations de soins et de suivi à domicile), un IME, un service d’accueil de jour et un foyer font que la proximité avec notre ville rendra les contacts nombreux et fructueux. Interviennent aussi Les bailleurs sociaux de notre ville qui dans le cadre de la loi sur l’accessibilité, étudie en fonction des demandes et des possibilités, les aménagements auxquels il leur est possible de répondre.

Ces réflexions sont celles qui nous sont revenus lors de la dernière réunion et des rencontres suite à la diffusion de notre journal sur la ville.

Cependant, notre devoir actuel est de permettre à la personne handicapée d’être intégrée le mieux possible dans notre ville, l’enfance , l’éducation et le temps libre étant traités dans une autre chapitre, la réflexion devra se poser sur la volonté lors de l’élaboration de projets de penser sans cesse à l’intégration de la personne handicapée.

L’esprit premier de notre mission était de changer le regard, les habitudes, de lutter contre l’indifférence , tisser des liens, travailler avec des partenaires institutionnels, associatifs, afin d’améliorer autant que possible le quotidien de chacun.

Je ne vous donnerai pas la liste des contacts fournis par tous ceux qui ont travaillé avec nous cet été, mais bien entendu toutes les données seront reprises pour être mises à dispositif de chacun.

Mais aussi